Après l’évasion à la Maca : Des têtes vont encore tomber

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

Koffi Koffi Michel, ministre délégué à la Défense.
Koffi Koffi Michel, ministre délégué à la Défense.

Publié le 11 juillet 2012 | Le Mandat - La saignée continue au niveau des établissements pénitentiaires. L’évasion des prisonniers y est désormais un fait ordinaire. Et ce ne

sont pas les sanctions prises récemment par le gouvernement contre certains directeurs des maisons d’arrêt qui ont pu changer quelque chose. A preuve, le dimanche 8 juillet dernier, une dizaine de prisonniers se sont évadés de la Maca. Reste à savoir si pour cette énième fois les sanctions vont atteindre la haute échelle de la hiérarchie dans la chaine des responsabilités. On se souvient que le chef de l’Etat avait mis en garde tous ses collaborateurs sur les défaillances qui pourraient intervenir dans leur département. Un conseil des ministres se tient aujourd’hui et des décisions importantes sont attendues, du moins si s’en tient aux informations qui circulent déjà dans les couloirs de la Présidence. Début mai, une cinquantaine de prisonniers avaient réussi à se soustraire à la vigilance des responsables du pénitencier d’Abidjan après avoir forcé les grilles. D’autres évasions de prisonniers avaient également été signalées, dans le courant de ce même mois, dans des prisons d’autres localités, à l’exemple d’Agboville. Les évasions récurrentes des détenus des prisons du pays constituent une préoccupation pour les autorités, les organisations telles que l’Onu et les populations riveraines qui craignent pour leur sécurité. Pour faire face à cette défaillance du système carcéral, le gouvernement ivoirien a révoqué deux directeurs de prison, dont celui de la Maison d`arrêt d`Abidjan et d’Agboville. « En quelques mois, 240 évasions de prisonniers ont eu lieu dans huit maisons d`arrêt et de correction, dont 52 à la Maca le 4 mai 2012 », indiquait le communiqué du conseil des ministres du mercredi 10 juin 2012. A en croire le porte-parole du gouvernement, le ministre Koné Bruno, ces évasions s`expliquent principalement par le manque d`armes, l`insuffisance du personnel de surveillance, mais aussi, dans certains cas, les dysfonctionnements internes de l`administration pénitentiaire. Le gouvernement annonce avoir pris "des mesures immédiates" pour renforcer la sécurité des prisons du pays et "a décidé de relever de leurs fonctions" les directeurs des prisons d`Abidjan et d`Agboville. Mais, cette série de mesures n’a pas empêché une autre évasion à la Maca. L’opinion nationale et internationale a les regards rivés sur le gouvernement attendent la position qu’il va tenir face à cette défaillance. Va-t-on se limiter à dénoncer des « défaillances humaines » et des « défaillances matérielles » ? Le gouvernement trouvera-t-il une solution à ce véritable phénomène social ? Voici autant de questions sur lesquelles le peuple attend les dirigeants. Le ministre ivoirien en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi, qui effectuait une visite sur le site de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), le lundi 9 juillet, a fait état d’actions futures visant à renforcer le matériel et le dispositif de surveillance. « Les gardes pénitentiaires chargés de surveiller les détenus ne sont pas armés », a déploré Paul Koffi Koffi. A en croire celui-ci, les forces de sécurité ont fait retourner huit prisonniers dans les cellules, sur les 12 qui s’étaient évadés dimanche de la prison d’Abidjan. Pour sa part, la ministre déléguée à la Justice, Mato Loma Cissé, a relevé des « défaillances humaines » et des « défaillances matérielles » qui ont occasionné la fuite d’une douzaine de prisonniers de cette structure pénitentiaire, et promis des mesures correctives pour le retour de la sérénité dans les prisons ivoiriennes.

JERÔME N’DRI

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article