Niger

Jeudi 18 août 4 18 /08 /Août 11:23

Décidément, les scandales financiers ne finissent pas au Niger. Alors que les Nigériens n’ont pas fini de digérer l’histoire rocambolesque de paiement de fausses factures de plus d’un milliard et demi de FCFA et la méticuleuse affaire de l’OPVN (Office des Produits Vivriers du Niger) où un préjudice de plus de 700 millions a été causé à l’Etat, voilà que votre journal « Le Courrier » tombe sur un autre scandale financier. Ici aussi le préjudice au trésor public nigérien s’élèverait à 1 800 000 000 FCFA.

Tout serait parti d’un contrat entre la société UNITEC Bénin représentée par son premier responsable Philips Bocco et l’Etat du Niger. L’entente porterait sur le suivi électronique par UNITEC Bénin des camions de transport de marchandises en provenance de tous les ports d’attache (Lagos, Abidjan, Bénin, Cotonou, Lomé...) ainsi que de tous les corridors, bien évidement en direction du Niger. Le Contrat d’une durée de 3 ans (2004 – 2007) a été élaboré sur les cendres de celui conclu en octobre 2002 avec le société ATB toujours dans le même cadre, c’est-à-dire le visa contrôle (pour le suivi des camions) mais qui n’avait pas donné des résultats concluants, le Niger ayant été grugé.

Dans ce premier contrat qui était parti à zéro, c’est-à-dire ATB n’ayant fait aucun investissement préalable, les pertes pour le Niger s’élève- raient à la bagatelle somme de 1 455 000 000 FCFA. Avec UNITEC Bénin, également ce serait le même refrain, un contrat à zéro, des pertes pour le Niger de l’ordre de 1 800 000 000 FCFA alors même que la société de Philipe Bocco a pris à l’Etat du Niger des avances non encore remboursées de près de 140 millions de FCFA. Pire, UNITEC Bénin a été incapable de remplir certains de ses engagements par exemple le suivi sur les sites de Lagos, Abidjan, etc. Même ses investissements dans les prévisions de l’ordre de 1 700 000 000 FCFA n’auraient guère dépassé les 600 000 000 FCFA.

Devant ces manquements graves, le Ministre de l’Economie et des Finances de l’époque, Mahamane Lamine Zeine aurait fait un préavis de résiliation du contrat avec UNITEC Bénin en date du 1er décembre 2006. Instruction aurait alors été donnée d’arrêter le dispatching (c’est-à-dire le travail). Mais UNITEC Bénin aurait fait la sourde oreille. Pour brouiller les choses, elle aurait remis des chèques en guise de reconnaissance de dettes envers l’Etat du Niger. Ces chèques étaient-ils provisionnés ? Aussi les mem- bres du comité chargé de ce dossier seront-ils soudoyés ?

Il faut retenir que le Niger n’est jamais rentré dans ses droits, et ce jusqu’au coup d’Etat du 18 février 2010. Arrive alors dans ce dossier le DIRCABA, Alhassane Alkaly Entre mars et avril 2011, le Directeur de Cabinet Adjoint (DIRCABA) du Président du Conseil Suprême pour la Restaura- tion de la Démocratie (P/CSRD) prend en main le dossier. Le comité mis en place préalablement pour gérer la même affaire sera cassé. Vers fin juillet 2010, Allassane Alkaly aurait fait le déplacement à Cotonou (au Bénin) avec d’autres personnes pour dénouer le problème, du moins c’est ce qu’on peut penser.

Curieusement, Bocco et sa société qui avaient signé des reconnais sances de dettes, au lieu de se mettre en règle, portent plainte contre l’Etat du Niger auprès de la justice béninoise alors que dans le contrat il aurait été spécifié que tout différend va se régler devant les tribunaux nigériens. Nonobstant les graves manque- ments dans l’exécution de ce contrat, la partie nigérienne ne trouve rien à dire à l’Etat du Niger que de l’amener à verser 400 000 000 FCFA à Bocco. Un haut responsable d’un service sous la responsabilité du Ministère de l’Economie et des Finances aurait été d’ailleurs contacté par son supérieur hiérarchique, le Ministre de l’Economie et des Finances de la Transition et le Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique de l’époque pour apposer sa signature. Il aurait refusé d’obtempérer.

Simple coïncidence ou suite logique de son refus, ce haut responsable se verra limogé de ses fonctions, les jours suivants. Son successeur avait t-il accepté de marcher dans la supercherie ? Vivement donc que les autorités ouvrent une enquête sur cette affaire afin de situer et châtier les responsabilités.

Publié dans : Niger
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 27 juillet 3 27 /07 /Juil 10:52

Mardi, 26 Juillet 2011 22:01

Des militaires nigériens ont été arrêtés pour avoir tenter de renverser et d’assassiner le président Mahamadou Issoufou, selon une source sécuritaire. Parmi eux figureraient capitaine et un lieutenant. Les rumeurs quant à une tentative de putsch circulaient dans la capitale nigérienne depuis plusieurs jours. L’information a finalement été révélée par une source sécuritaire, qui a requis l’anonymat.

« Plusieurs militaires, dont un commandant et un lieutenant, ont été arrêtés depuis vendredi » (le 22 juillet), suite à une « tentative de renversement du régime » et « tentative d’assassinat » du président Mahamadou Issoufou, a-t-elle expliqué. Dans son édition de mardi, l’hebdomadaire indépendant Le Courrier reprend l’information, ajoutant qu’un capitaine et un lieutenant sont toujours placés en garde à vue à la gendarmerie de Niamey, accusés « d’atteinte à la sureté de l’État ».

Un civil serait également impliqué et aurait pris la fuite. Des documents portant sur la mise en place d'un « Conseil national pour la restauration de la démocratie populaire » ont été saisis à son domicile, a encore affirmé le journal, dont les écrits n’ont pas été vérifiés par ailleurs. Élection démocratique Mahamadou Issoufou est au pouvoir depuis le mois de mars, suite à des élections démocratiques organisées par la junte du général Salou Djibo, qui avait renversé en février 2010 le président Mamadou Tandja après dix ans de pouvoir.

Une avancée démocratique soulignée par certains pays occidentaux. L’Union européenne a repris en juin sa coopération dans le domaine du développement avec le Niger en signe de reconnaissance, tandis que de son côté, le président américain, Barack Obama, doit recevoir le président nigérien vendredi, afin d’exprimer son soutien au pays.

Publié dans : Niger
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 juillet 1 25 /07 /Juil 10:22
Écrit par La Colombre Special   

Octobre 1958, Mahamadou Issoufou est inscrit à l'école primaire d'Illéla, c’est le point de départ de l'aventure dira t-il, le jour de son investiture à la présidence.

Entre 1976 et 1977 Mahamadou Issoufou suit des cours d’Etudes Approfondies de Probabilité et Statistique à l’Université de Paris VI et il sort en 1979 avec le Diplôme d’Ingénieur Civil des Mines à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne (France) qu’il fréquenta de 1977 à 1979.

Publié dans : Niger
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 22 juillet 5 22 /07 /Juil 11:38
Écrit par Moulaye Abdoulaye, Directeur de Publication du Journal Le soleil   
Jeudi, 21 Juillet 2011 17:26

Dans notre dernière édition N° 204 du 17 juin 2011, quelques erreurs se sont glis- sées en la défaveur de Moov Niger mais aussi sur le compte de son Directeur Général, le sieur Cheick Ben Haidara. Nous avons pour notre part, décidé de faire jouir à Haidara mais aussi à Moov Niger de faire valoir leur droit de réponse. Ce qui est tout à fait légitime au regard du métier que nous exerçons et dont nous avons pour souci, le strict respect des règles. Le souci de vous fournir une information équilibrée qui n’a pas été respecté (disons-le sans détours !) au départ, nous a obligé à nous,»ndr» au siège de Mioov Niger où malgré le contentieux évident du fait de nos écrits antérieurs, n’ont pas été du moindre obstacle. Nous avions trouvé sur place une direction ouverte et en dépit De tout ...accueillante.

Après un large tour d’horizon de la question objet de notre visite, nous nous sommes rendus à l’évidence que nous nous sommes mêlés de manière maladroite à un conflit opposant un agent d’une boîte à sa direction chacun allant de ses arguments et autres justifications. Une bonne solution n’ayant pas été trouvée à l’amiable, I’ affaire a été portée devant les tribunaux par I’une des parties prenantes. Puis, nous avions alors engagé la discussion sur le contentieux Moov-Niger Le soleil: De nombreux aspects de notre papier ont paru diffamant ou même insultant pour le sieur Haidara. Il s’en est légitimement plaint et nous nous sommes pour notre part sacrifié à présenter des excuses et peut-être même des regrets au regard de la situation du moment.

Compréhensif et très ouvert Haïdara nous a fait comprendre que ce n’était pas le plus important pour lui et qu’en priorité, il voulait que les choses inexactes qui avaient été dites sur Moov Niger soient rectifiées. Nous lui avons su gré et de- mandé de nous produire un droit de ré- ponse que nous nous ferrions un devoir de publier dans notre prochaine édition. Mais, il décida autrement en misant sur la confiance par ces mots : « c’est vous le journaliste Je vous fais confiance...Je vous donne la réalité de la situation à Moov Niger et vous en déduirez les com- mentaires qui vous semble capables de rectifier vos premières affirmations » Ainsi, nous tenons .à dire que :

1. Sur la situation de Moov Niger: Qu’il n’y a pas actuellement des problèmes de paiement de salaire à Moov-Niger. S’il y a quelques temps les indicateurs n’étaient pas reluisants, Ben Haidara affirme que depuis trois ans qu’il dirige Moov Niger, la situation est complètement assaini et promet de plus en plus. Par ailleurs aucune filiale du groupe n’intervient dans le paiement des salaires des agents locaux de Moov Niger ;

2. Du contentieux avec la dame Abdoul Karim Rabi Hima : Toute la difficulté de l’affaire réside dans une mesure d’affectation, jamais acceptée par Madame Abdoul Karim et le constat d’abandon de son poste de Maradi. Convoquée en commission disciplinaire à l’effet de régler la question, son refus de répondre à la convocation lui a été préjudiciable au point de lui faire récolter la sanction de licenciement de son poste. Toutes fois, toutes les voies de recours sont à sa portée contre cette décision. Ce qu’elle est en train de faire, selon nos sources.

3. Nos regrets tout simplement : L’affaire sur laquelle nous sommes en train de conclure nous a coûté de perdre quelques plumes. Nous y avons aussi perdu de notre verve à toute épreuve, puisqu’elle nous a valu tout de même une mise en demeure de la part de l’ONC. Et ceux, en 18 ans de pratique du journalisme, de bons et loyaux services j’allais dire. La faute, à notre mauvaise inspiration du jour. Eh oui ! Ce jour-là, nous avions été mal inspirés pour perdre confiance auprès des nôtres. Nous allons tout faire pour rattraper l’erreur, pour nous corriger afin de mieux vous servir. C’est notre pari Nous concluons et donc bouclons les pages de cette affaire en vous présentons nos excuses chers lecteurs et lectrices.

Nous présentons nos sincères regrets à toute la direction de Moov Niger, en particulier à son Directeur Général Ben Haidara. La grande conclusion que nous tirons de cette parenthèse est celle-ci : A compter de cet instant, nous décidons en toute souveraineté de nous...déporter de toute l’affaire. Elle nous a crée plein de bobos et ne nous a guère porté bonheur. Nous nous en démarquons par conséquent.

Elle ne nous concerne plus !

Publié dans : Niger
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 18 juillet 1 18 /07 /Juil 14:55

 

A l'occasion de ses cent premiers jours au pouvoir, le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, était, samedi dernier, face à un parterre de journalistes de la presse publique, privée et internationale.


Pendant 90 minutes, il a répondu à toutes les questions, objet de préoccupations de la population nigérienne. Cette conférence de presse radiotélévisée retransmise en direct est une grande première, et elle aura permis au Président de la République d'apporter plus de lumière sur certaines questions que se pose le citoyen nigérien.


En introduisant cette conférence de presse, SEM. Issoufou Mahamadou a tenu à remercier le peuple nigérien qui lui a fait confiance, le 12 mars dernier, en le portant à la Présidence de la République. Répondant à une question relative à une prétendue nomination des parents, amis et connaissances et d'un supposé deal signé ave le Général de Corps d'Armée Djibo Salou, le Président de la République a souligné qu'il est normal que ses adversaires politiques émettent des critiques.

 

«Nous sommes en démocratie, et comme vous le savez, il y a une opposition et une majorité. Il y a des contre pouvoirs. C'est normal que des critiques soient formulées. Et d'ailleurs ce sont des critiques que nous souhaitons pour améliorer ce que nous faisons. Mais pour répondre à ces critiques là, je dois dire que les critères de choix, c'est d'abord la compétence et l'intégrité. Toutes les nominations qui ont été faites ont fait l'objet d'enquête de moralité. Donc moi j'ai décidé de choisir des hommes convaincus, des hommes patriotes, et dont je suis convaincu qu'ils vont se mettre au service du peuple nigérien, et n'ont pas à leur propre service. J'ai entendu la critique selon laquelle j'ai fait appel à beaucoup d'hommes de l'entourage du Président Salou. Il n'en est rien. J'ai choisi des Nigériens sur la base des critères que je viens de vos indiquer », a indiqué SEM. Issoufou Mahamadou.


Répondant à une question faisant cas d'une certaine lenteur dans les actions visant à rompre avec les anciennes pratiques, le Président de la République a souligné que les gens font plus allusion à la lenteur dans les nominations. « Or ces nominations, j'essaye de les faire avec beaucoup de précautions, au préalable, j'engage des enquêtes de moralité, et cela est un facteur qui induit de la lenteur dans la mise en œuvre de ces nominations», a-t-il ajouté.

Evoquant un sujet relatif à la liberté de presse, notamment la déclaration de la table de Montagne, SEM. Issoufou Mahamadou, a d'abord réaffirmé son attachement à la promotion de la liberté de la presse avant de dire qu'il est prêt à être l'avocat de la presse auprès des autres Chefs d'Etat africains.


« Dans mon discours d'investiture, j'avais souligné que mon objectif de stabilisation des institutions démocratiques républicaines, passe par le renforcement des contre-pouvoirs. Ces contre-pouvoirs, ce n'est pas seulement l'opposition ; mais c'est aussi la société civile ; et dans la société civile, il y a la presse. Le travail que fait la presse est important, cela me permet de m'adapter par rapport à la gestion du pouvoir. La presse joue un rôle de veille démocratique dans le pays. C'est le lieu de saluer ce travail important que la presse nigérienne est en train de réaliser. Et donc je serai un fervent militant pour la signature de la déclaration à laquelle vous venez de faire allusion», a souligné SEM. Issoufou Mahamadou.


Abordant une préoccupation relative à l'insécurité dans certaines parties du pays, le Président de la République a souligné que la sécurité des personnes et de leurs biens figure en bonne place de ses priorités. « Dès ma prise de fonction, j'ai réuni tous les responsables des Forces de Défense et de Sécurité. On a réfléchi ensemble, et on a identifié les menaces auxquelles est exposé le Niger. Ces menaces sont les mêmes que j'avais déjà identifiées et sur lesquelles j'ai eu à parler à plusieurs reprises pendant la campagne électorale.


C'est d'abord la menace intégriste ; ensuite la menace des organisations criminelles, le trafic de drogue, le trafic des armes ; la menace des forces centrifuges qui vont en rébellion de manière récurrente. Mais il y a aussi à côté de ces menaces majeures, d'autres menaces, qui portent sur le braquage sur les axes routiers, le vol à main armée et le banditisme armé. Nous avons donc identifié ces menaces-là ; et nous avons défini les réponses appropriées à ces menaces. Mais avant, j'avais clairement indiquer aux responsables de sécurité, que je souhaite avoir des forces de défense et de sécurité dépolitisées, professionnalisées et républicaines. A partir de là, il s'agit de voir quels sont les moyens humains ; quels sont les équipements qu'il faut mettre à la disposition de ces forces pour faire face à leur mission.Aussi je n'ai pas perdu de vue l'aspect relatif au renforcement du moral des forces de défense et de sécurité.

 

Déjà il y a un certain nombre de mesures que nous avons mises en œuvre pour renforcer le moral des forces de défenses et de sécurité. Rappelez-vous j'avais fait des visites dans les casernes. Au niveau du camp de la Garde présidentielle et au niveau des autres camps, j'ai été un peu choqué des conditions dans lesquelles les forces de défense et de sécurité vivent. Et c'est pour cela que nous avons pris la décision de restructurer les camps et les casernes. Nous avons, par exemple, pour la Garde présidentielle, déjà décidé d'engager d'importants moyens pour la réhabilitation du camp. Les autres casernes vont également suivre», a indiqué SEM. Issoufou Mahamadou.


Dans ce même volet, le Chef de l'Etat a indiqué qu'il a également décidé de doter les mutuelles des forces défense et de sécurité d'une subvention conséquente ; et une subvention pour que les éléments des forces de défense et de sécurité puissent avoir accès à la propriété en logement. Répondant à une question relative aux affaires de détournement de derniers publics et aux fausses factures dont la presse s'est fait l'écho, le Président de la République a indiqué que le Niger n'est pas un pays pauvre, mais un pays mal géré.


« Je me fixe deux objectifs majeurs : le premier objectif, c'est la mobilisation des ressources internes qui me permettront de réaliser mon programme ; la deuxième mesure, c'est l'amélioration de l'efficacité de la dépense. Et pour réaliser ces deux objectifs, il faut nécessairement lutter contre le détournement des derniers publics. Il faut lutter contre la fraude fiscale. Je suis déterminé à faire en sorte que les derniers publics soient bien gérés. Je suis déterminé à rétablir le monopole fiscal de l'Etat, parce que le monopole fiscal de l'Etat est érodé par la fraude fiscale » a souligné SEM. Issoufou Mahamadou.


A propos de l'évolution du prix de l'uranium, SEM. Issoufou Mahamadou a rappelé qu'à partir de 2006, il y a eu position de force. « Avant 2006, le prix de la livre d'oxyde d'uranium était très bas. Les prix ont été multipliés par dix. Du moment où les prix ont été multipliés par dix, l'uranium du Niger se vendait autour de 27 000 Fcfa le kilogramme. Et c'est à partir de ça qu'une révision a été opérée ; on est passé de 27 000 Fcfa à 40 000 Fcfa le kilogramme. Et d'ailleurs les 40 000 F était en deçà du prix du marché mondial. Donc ne croyez pas à la propagande selon laquelle il y a eu un bras de fer. C'était une propagande engagée pour des raisons que vous connaissez. Maintenant on sait pourquoi on veut donner l'image de patriotes intransigeants à certains responsables politiques », a dit le Président.


Parlant des grands travaux qui ont été amorcés, SEM. Issoufou Mahamadou a souligné qu'il ne s'agit pas de poser des pierres, mais d'engager des actions. « Pour le barrage de Kandadji, nous avons effectivement lancé les travaux le 23 mai après avoir débloqué les ressources financières qu'il fallait pour le démarrage de ce chantier. Il s'agit d'un projet important pour le Niger. Il s'agit d'un projet qui est prioritaire pour nous. Il est à but multiple. Il permettra de produire de l'électricité. On a prévu 130 Megawatt de puissance au niveau de ce barrage. Il nous permettra d'aménager toutes les terres irrigables le long du fleuve, 120 000 hectares.


Il y a trois phases : une première phase de réalisation du barrage ; il y a une deuxième phase en phase électrique et une troisième phase des aménagements hydro agricoles. Quand on est arrivé au pouvoir, seule le financement de la première phase était partiellement acquis. Aujourd'hui on peut considérer que le financement de cette phase est totalement bouclé. Et nous avons récemment, en rapport avec nos partenaires, bouclé aussi le financement de la deuxième phase lors de la réunion de Viennes où les partenaires se sont engagés à intervenir à hauteur de 250 millions de dollars. Quant à la cimenterie de Malbaza, elle permettra au Niger de cesser d'être importateur de ciment ; et même d'en exporter.

 

Nous avons prévu au niveau de cette nouvelle cimenterie une production de 540 000 tonnes. Bien sûr ces bassins vont évoluer en fonction des chantiers qu'on a prévu de lancer dans le pays conformément à mon programme ; mais la production prévue permettra de couvrir les besoins actuels », a dit SEM. Issoufou Mahamadou. Le Président de la République devrait également évoquer des sujets qui ont trait aux offensives diplomatiques du Niger pendant ces cent premiers jours, à la crise libyenne, à l'économie, à la hausse des prix des céréales, à l'initiative ‘'3N'', etc.En concluant cette conférence de presse, SEM. Issoufou Mahamadou a indiqué qu'il restera entièrement dévoué au service du Niger.


«Je sais que certains se réjouiront de mon succès et d'autres s'en offusqueront. Je sais aussi que certains se réjouiront de mon échec et d'autres s'en offusqueront. Je suis déterminé à honorer mes promesses et à répondre aux attentes des nigériens, en particulier des femmes et des jeunes qui sont pris dans la chaîne de la pauvreté. Je suis conscient des difficultés qu'il faut affronter sur le chemin de la renaissance. Mon ambition c'est de réaliser l'alliance de la liberté et du temps, de réaliser la renaissance du Niger. Inchah Allah, nous y arriverons », a-t-il indiqué. Le Chef de l'Etat a enfin saisi l'opportunité de ce podium pour souhaiter une campagne agricole abondante et fructueuse à nos braves acteurs du monde rural.

Publié dans : Niger
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • : COTE D'IVOIRE - LE HUB DE L'AFRIQUE DE L'OUEST
  • : L'AFRIQUE EN VRAIE SANS COULEUR BLANCHE
  • Contact

Profil

  • Guillaume WANKOLE
  • COTE D'IVOIRE - LE HUB DE L'AFRIQUE DE L'OUEST
  • Cote d'Ivoire
  • Cadre Administratif et technique avec une expérience dans plusieurs domaines d’activités.Rigoureux et disponible avec des qualités organisationnelles et communicationnelles.Manager entreprenant et capable de diriger de façon autonome une équip

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés