Yopougon: Il propose l`assassinat de son aîné aux Frci

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

Les FRCI sont une force mortelle selon l
Les FRCI sont une force mortelle selon l'Onuci.

Publié le lundi 25 juillet 2011 | Soir Info - Coulibaly Djibril, jeune ivoirien âgé de 36 ans, voulait hériter de tous les biens de son aîné Coulibaly Boubacar Sidiki. Et pour cela,

il n'hésite pas à prendre attache avec des éléments des Frci, basés au commissariat de police du 37ème arrondissement à Abobodoumé, dans la commune d'Attécoubé, pour leur confier la macabre tâche d'assassiner son frère. L'odieux individu, qui avait mis un demi million de F.Cfa dans la balance, a été arrêté. C'était le vendredi 22 juillet 2011. Pour comprendre cette affaire dépassant l'entendement, il faut revenir au début du mois en cours. En effet, selon les renseignements, c'est à cette période que Djibril joint au téléphone un élément des Frci dont il a le contact et lui propose l'assassinat de son grand frère du même père et de la même mère. Au soldat, il explique que son aîné, un transporteur, est un homme aisé financièrement. Un frère qui, pourtant, lui a offert quatre véhicules, pour qu'il puisse se prendre en charge. Un frère qui lui a donné des moyens conséquents pour que son mariage se fasse en grandes pompes. Mais, comme l'indiquent les renseignements, toutes ces largesses sont loin de satisfaire Djibril. Il n'y a qu'une seule chose qui l'intéresse à la vérité. Il veut s'approprier tous les biens de son bienfaiteur de frère. C'est donc au nom de cette lugubre ambition, qu'il propose aux Frci, l'assassinat de son aîné. Et cela, moyennant la somme de 500.000 F.Cfa. Il concocte même tout de suite, un plan devant garantir le succès du crime. A savoir, une simulation de l'attaque du domicile de son aîné et en profiter pour abattre ce dernier. Complètement indigné, l'homme en tenue va immédiatement saisir son supérieur qu'est le « commissaire » Olivier Durand. Ce dernier lui demande de jouer le jeu, afin que soit coincé le commanditaire du coup. Le vendredi 22 juillet, à 16 h, comme proposé par lui-même, Djibril joint le soldat Frci au téléphone et lui demande de le rejoindre à la "Gare Sable" à Yopougon, en vue de rentrer en possession d'une avance de 200.000 F.Cfa. Et aussi, pour qu'il lui indique avec précision, le domicile de la cible. Aux environs de 21h, comme indiqué pour exécuter l'opération, effectivement, le soldat et des collègues se déportent au domicile du transporteur, mais lui révèlent tout du plan machiavélique de son cadet. Cela fait, les éléments des Frci joignent Djibril et lui signifient que l'opération est terminée et que la cible a été liquidée. Croyant à ce faux, l'indigne Djibril exulte comme s'il venait de gagner d'innombrables millions de F.Cfa au Pmu. L'ordure ignore que le micro du téléphone est ouvert. Et là, il n'a même pas le temps de savourer au mieux sa « victoire », que de nombreux éléments des Frci débarquent à son domicile et l'appréhendent. Et devant son frère pétant la vie à son grand étonnement, il est interrogé. C'est tout confondu qu'il passe aux aveux. Il attend à présent de subir la rigueur de la loi, avec la Maca qui ouvre ses portes dans quelques jours. Coulibaly Boubacar Sidiki, lui, n'a de cesse de dire merci au "commissaire" Olivier Durand et à ses hommes, dont la probité morale mérite ici d'être vraiment soulignée.

FOFANA Mambé

 

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article