Tueries des femmes d’Abobo : Abéhi prêt à confondre Mangou et Kassaraté

Publié le par Guillaume WANKOLE

Source : Telediaspora.net : Dernière Mise à jour : 09/02/2013 (Auteur : autres)
Lu : 1816 fois

( Le Democrate ) L’ex- commandant de l’escadron blindé d’Agban, Jean-Noël Abéhi, n’a pas fait dans la dentelle lors de sa première face aux officiers de la police judicaire, suite à son arrestation. Il a non seulement réfuté les faits dont on l’accuse, mais est allé plus loin, en pointant le doigt accusateur en direction des généraux Philippe Mangou et Tiapé Kassaraté. Ces deux officiers généraux, on le sait étaient respectivement, chef d’état major des Forces de défense et de sécurité (Fds) et commandant supérieur de la Gendarmerie, au moment des faits. Autrement dit, ils étaient dans le commandement des ordres et instructions tout le long de la crise post électoral, et ce, jusqu’à la chute de leur régime. Celui de Laurent Gbagbo. Réagissant sur le massacre des femmes d’Abobo, Jean-Noël Abéhi a maintenu ne s’être qu’une fois seule fois sur le théâtre des opérations dans cette commune. « C’était le 25 février 2011 pour voir l’état du blindé Rg12 du Groupe d’escadron blindé, détruit par les éléments du commando invisible d’Abobo », aurait soutenu le commandant. Chargeant Mangou et Kassaraté, l’ex- commandant de l’escadron blindé d’Agban, est formel sur le fait que ces derniers devraient eux aussi, répondre des ordres donnés durant cette crise armée. « Ce ne sont pas des extra terrestres qui viennent juste de débarquer sur la planète terre. Ils ont leur mot à dire, puisque l’armée et la gendarmerie étaient placées sous leurs commandements directs. Demandez-les donc, ce qui s’est passé ce jour de ce drame. Pour ma part, je suis prêt à les confondre», a martelé un Abéhi déterminé à en découdre avec ses anciens chefs.

Publié dans Cote d'ivoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article