Soutien à Ouattara : L’indécente confusion d’Alpha Blondy

Publié le par GUILLAUME DELLOH

Alpha Blondy.
Alpha Blondy.

Publié le lundi 1 août 2011 | Le Temps - On sait qu’il n’a pas fait l’école du vieux Hampâté Ba. La mesure n’est donc pas la tasse de thé d’Alpha Blondy qui s’est découvert un

nouveau hobby. A savoir voler au secours du régime très contesté de Ouattara. L’homme maladroit à souhait, fou des scènes de folie, y va avec une indécence complètement dégradant. Et qui ne manque pas d’interpeller même son entourage. «Il ne sait peut-être pas que c’est humiliant pour lui. Je ne pense pas que ce soit avec ça qu’on va le prendre au sérieux dans l’entourage du président». Résume dégoûté l’un de ses proches. «A sa place, coupe un autre, je garderai le silence». En principe oui. Mais peut -être que Jagger veut justifier sa place aux côtés de son ancien- nouveau maître. Il y a juste quelques mois qu’il s’affichait encore fièrement dans les rues d’Abidjan auprès de Blé Goudé, entonnant l’hymne du patriotisme. Au détour d’un festival financé à coup de centaines de millions par Gbagbo, Alpha s’est découvert une âme de patriote. Alors que juste en novembre 2004, il continuait de se moquer des jeunes ivoiriens massacrés devant l’Hôtel ivoire par l’armée française. Et lorsque des artistes de la place l’ont contacté pour manifester contre les crimes de la France, il n’a trouvé rien d’autre que de les virer comme des indésirables. Certains d’entre eux se rappellent aujourd’hui cette rencontre avec beaucoup d’amertume. Malgré son immense fortune, Alpha reste redevable au leader des jeunes Patriotes qui lui a évité des ennuis judiciaires. Avec de l’argent tiré de sa propre poche, Blé Goudé a réussi à éteindre une affaire qui devrait éclabousser Jagger dans la presse. Ce jour là, il a coulé des larmes de remerciement sous prétexte qu’il ne savait comment dire merci à Blé. L’affaire a été gérée comme on le dit, à huis clos. Blé Goudé ne savait pas que l’homme à qui il évitait une situation désastreuse s’appelle Alpha Blondy, grand nom des retournements. Bédié et même Ouattara en savent quelque chose. Pour des raisons qui lui sont propres, Alpha dit haïr à mort, le mot mort, au point de le bannir de son vocabulaire. Paradoxalement ce mot est devenu sa chanson à la mode en parlant de son ami d’hier. «Pour moi, Blé Goudé est un homme mort» ne cesse de dire la star à chacune de ses sorties. Finalement, on déduit qu’a force de vouloir voir Blé Goudé dans une tombe, il refuse l’évidence. Il refuse de croire en l’idée d’un Blé Goudé vivant. On le voit donc basculer constamment dans le ridicule. Et le confrère Le patriote fait bien de le moquer en mettant cette maladresse indécente en première page de sa publication du jeudi dernier.
D’aucuns diraient que c’est inutile, parce que pour l’artiste, Hier n’existe pas. C’est pourquoi il ne s’est jamais gêné de s’afficher avec tous les pouvoirs. En fait, c’est la star des pouvoirs. On le comprend donc quand il se dit convaincu par les premier pas de Ouattara. Il a toujours ramé à contre courant de la volonté populaire. C’est pourquoi au sortir d’une audience avec son idole, il cache mal son émotion avec un brin de cynisme : «L’armée française et l’ONU ont évité un génocide à la Côte d’Ivoire». Et les centaines d’ivoiriens massacrés à l’ouest, Yopougon… par les Frci ? Pas important pour la star de reggae à qui il ne manque plus que la kora pour se jouer le griot du palais. Ce que Tiken Jah, fidèle parmi les fidèles de Ouattara ne ferait pas. En la matière, Fakoly lui donne une leçon de fidélité et de sagesse. Il pourrait aller à son école même s’il le hait passionnément. On copie toujours ce qui est bon. Depuis un bon moment, il a banni de son langage le discours guerrier et la propagande haineuse. Mais mieux, il s’est donné le courage de dénoncer certaines dérives de son tuteur. A savoir la traque des pro-Gbagbo. C’est cela être responsable et surtout aider le pouvoir Ouattara. Et non pas les sorties dénuées de tout bon sens. Sûrement que Jagger qui veut donner une dimension ethnique au pouvoir vit une satisfaction de précurseur. On pourrait dire qu’il vit des moments de fortes émotions, car pour lui, c’est l’aboutissement d’un long combat porté par la charte du nord qu’il a lancé au début des années 90. Prenant encore là à contre pied, les aspirations du moment ; à savoir plus de liberté et de démocratie. Alpha a pensé tribut là ou toute la Côte d’ Ivoire pense nation. E n 2000, sous la transition militaire, l’homme lance apocalyptique «si Ado n’est pas candidat, la Côte d’Ivoire va connaître un génocide pire que le Rwanda». Et pendant le règne de Gbagbo, il défraie inutilement la chronique pour une banale affaire de passeport. Il en profite pour tomber officiellement dans les bras de Ouattara. «Je suis Rdr pian», lâche-t-il. On connaît la suite… La Côte d’Ivoire connaît la pire crise de son histoire avec son lot de massacres… A la vérité, l’homme se plait à cultiver les contradictions. Avocat de circonstance du nord, il ne fait pourtant lui-même rien pour le nord malgré sa fortune colossale. On ne l’a jamais vu soutenir un projet social dans le nord tout comme au niveau national. Il n’y va que pour des concerts et plus rien. Là aussi, son jeune frère Tiken lui fait une grande leçon de la vie. Il y a déjà construit plusieurs écoles. Qu’on l’aime ou pas, on reconnaîtra qu’il a posé un acte salutaire. On aimerait bien voir Alpha sur ce terrain là après ses tours de passe-passe.

Guéhi Brence

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article