Réclamée par la CPI : Simone Gbagbo se bétonne depuis Odienné - Une avocate irlandaise engagée

Publié le par Guillaume WANKOLE

 


Simone Ehivet Gbagbo tient fermement les manettes. En résidence surveillée dans la ville septentrionale d'Odienné, l'ex-première dame, suspectée de crimes contre l'humanité, organise sa défense, celle censée la représenter devant la Cour pénale internationale (Cpi).

Fin novembre 2013, Simone Gbagbo a annulé le mandat de l'avocat sénégalais Ciré Cledor Ly, faisant de lui son « conseil principal ». Me Ly demeure dans l'équipe de la Défense mais travaille, désormais, sous la responsabilité de l'avocate irlandaise Sylvia Geraghty, nouveau conseil principal de Simone Gbagbo. Le 13 décembre dernier, le Greffe de la Cpi a enregistré deux documents attestant du changement dans l'équipe de Défense de l'ex-première dame : d'une part, la lettre de reconnaissance provisoire de la désignation de Me Sylvia Geraghty en qualité de Conseil principal de l'équipe de la Défense ; d'autre part, la prestation de serment effectuée par l'avocate irlandaise conformément à l'article 5 du Code de conduite professionnelle des conseils.

Dans sa note disponible sur le site internet de la Cpi, le Greffier de la Cour évoque le cas de Mes Dadjé Babo Ange Rodrigue et Habiba Touré, tous deux avocats de Simone Gbagbo. Leurs statuts, au sein de l'équipe de la Défense, « restent à clarifier », précise le Greffier. En attendant, les deux avocats n'auront pas d'accès au dossier de l'affaire. « Le Greffier informera la Chambre des statuts de ces derniers, dès qu'il entrera en possession des informations pertinentes », lit-on dans le document publié ce 13 décembre.

Aussitôt après sa prise de fonction en qualité de conseil principal de Mme Gbagbo, Me Sylvia Geraghty a introduit une requête auprès de la Chambre préliminaire 1. Elle demande aux juges une prorogation de délai pour le dépôt de ses observations sur l'exception d'irrecevabilité soulevée par les autorités ivoiriennes dans l'affaire « Simone Gbagbo ». C'est que, pressées par la Cpi de remettre l'ex-première dame, suspectée de crimes contre l'humanité dans les violences post-électorales de 2010, les autorités ivoiriennes ont invoqué l'exception d'irrecevabilité. Elles ont adressé aux juges de la Chambre préliminaire 1 un courrier, dans ce sens, le 1er Octobre 2013. Le 15 novembre, la Chambre demandait au Procureur, à la Défense et aux Représentants légaux des victimes, de soumettre leurs observations écrites sur l'exception d'irrecevabilité soulevée par la Côte d'Ivoire au plus tard le 13 janvier 2014.

Ce délai ne semble pas convenir à Me Sylvia Geraghty dont la connaissance du dossier « Simone Gbagbo » reste peu approfondie, à ce stade. Elle a alors souhaité que les juges lui accordent jusqu'à fin février pour restituer ses observations. Me Geraghty relève, entre autres, le fait qu'elle n'ait pas encore rencontré sa cliente, « la mieux placée pour fournir à la Défense toutes les informations nécessaires », et sollicite sur cette base une prorogation de délai. La Chambre préliminaire a répondu au conseil principal de Simone Gbagbo. Dans sa décision en date du 17 décembre 2 (...)


L’ex-première dame Simone Ehivet Gbagbo suit avec une particulière attention son dossier à la Cour pénale internationale.

Publié dans Cote d'ivoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article