Nouveau gouvernement du régime Ouattara: Voici le vrai ministre de la Défense

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

Général Claude Réglat.
Général Claude Réglat.

Le 16 mars 2012 par Notre voie - La lettre du continent, très au fait des bisbilles de la Françafrique, l’avait révélé dans son édition N° 618 du 8 septembre 2011 en ces termes : «Alors que deux ex-officiers de la Direction du

renseignement militaire (Drm) française s’occupent des écoutes dans les sous-sols du palais présidentiel, le domaine de la défense est placé sous la responsabilité de Claude Réglat. Ce général quatre étoiles, ancien commandant des forces françaises au Gabon (Ffg), accompagne Alassane Dramane Ouattara dans la délicate réforme de l’armée, au terme de laquelle 10 000 rebelles devront rentrer dans le rang». Sept (7) mois après ce scoop, les choses se déroulent non seulement, comme l’a indiqué le confrère, mais elles ont pris une allure qui place l’officier général français au cœur du dispositif sécuritaire du nouveau pouvoir ivoirien. Selon des sources informées proches du Rhdp, le super conseiller militaire de Ouattara, le général Claude Réglat, recommandé spécialement par l’Elysée, est devenu officieusement le véritable ministre de la défense de la Côte d’Ivoire. Cela, depuis le 13 mars 2012. Date à laquelle, Alassane Dramane Ouattara a officiellement cumulé ses fonctions de chef de l’Etat donc chef suprême des armées avec celles de ministre de la défense. Dans le précédent gouvernement, c’était le Premier ministre, Guillaume Soro Kigbafori, par ailleurs, secrétaire général des Forces nouvelles (ex-rébellion armée pro-Ouattara), qui assumait également les charges de ministre de la défense. Parce qu’il semblait avoir le contrôle sur les ex-rebelles, les «volontaires» et les dozos. Ce contrôle ayant visiblement pris du plomb dans l’aile avec les exactions régulières des ex-rebelles sur les populations civiles, et la situation sécuritaire fortement détériorée dans le pays, Soro a été parachuté à la tête du nouveau Parlement ivoirien. Sur conseils notamment des «parrains», la France et le Burkina Faso. Ouattara décide alors, en plus de sa sécurité personnelle, de confier totalement la défense du territoire ivoirien à la France à travers ce jeu de rôles entre le général Réglat et lui. Convaincu qu’il est, qu’un coup d’Etat se préparerait contre son régime à partir du Ghana ou du Libéria. D’où les arrestations suivies d’interrogatoires parfois loufoques auxquelles sont soumis l’opposition significative et des officiers des ex-Fds par le pouvoir Ouattara via la Direction de la surveillance du territoire (Dst). Une structure respectable que le nouveau pouvoir ivoirien avilit, depuis avril 2011, avec une psychose de coup d’Etat.

Didier Depry

 

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article