Moussa Michel Tapsoba : Décès subit du président de la CENI

Publié le par GUILLAUME DELLOH

Moussa Michel Tapsoba, le président sortant de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), est décédé brutalement dans la nuit du 13 au 14 juillet 2011. Après avoir été débarqué, dans les conditions tumultueuses qu’on sait, de la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) , Moussa Michel Tapsoba aspirait à un repos bien mérité après de longues années de labeur sous pression et sous tension ; c’est finalement à un repos précocement éternel qu’il aura droit.

Une semaine après le vote de la loi qui mettait fin avant terme à son mandat, il est en effet décédé subitement dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 juillet 2011.

Il avait 59 ans. Selon des sources concordantes, il aurait, cette soirée-là, raccompagné ses derniers visiteurs vers 22h. Et c’est autour de minuit qu’il a été pris d’un malaise. En l’absence de son épouse (hors du pays), il aurait rappelé son chauffeur, qu’il avait libéré plus tôt, pour se faire transporter d’urgence à l’hôpital mais il succombera.

Celui que ses parents, amis et collaborateurs pleurent depuis hier n’a pas été, il faut le dire, particulièrement épargné ces derniers temps ; car peu avant son éviction de la CENI, son domicile avait été attaqué à la faveur des mutineries à répétition qui ont secoué le Burkina.

Malgré tout, à ses collaborateurs qu’il recevait pas plus tard que le mardi 12 juillet pour leur dire au revoir, il aurait à cette occasion déclaré : « Ne vous en faites pas pour moi. Vous savez, à un moment de sa vie, on a besoin d’être chez soi »

Né en 1952 à Zam dans le Ganzourgou, le regretté était ingénieur des sciences appliquées (en topographie et télédétection) de formation, diplôme obtenu à l’Ecole nationale d’ingénieurs de Bamako, où il à étudié de 1972 à 1977 après des études secondaires au Lycée technique de Ouagadougou(LTO).A ce titre , il sera successivement, et entre autres fonctions occupées, secrétaire général du ministère du Développement rural(1983-1984), ministre de l’Eau(1984-1986) puis de l’Equipement(1986-1987),directeur général de la Société nationale d’aménagement des terrains urbains(1998-1999), etc.

Mais c’est surtout dans les domaines de la gestion des conflits et du management électoral qu’il se fera connaître du grand public. Secrétaire chargé des élections, de la prévention des conflits et de la médiation au sein de la section Burkina du Groupe d’études et de recherches sur la démocratie et le développement économique et social en Afrique (GERDDES), c’est au titre de cette organisation qu’il sera élu à la CENI dont il était le président depuis septembre 2001. Il n’est sans doute pas exagéré de dire que, toute autre considération mise à part, c’est un des experts nationaux dans l’administration électorale qu’on vient de perdre.

Une veillée funèbre a eu lieu à son domicile de Wayalghin hier à 20 heures. La levée du corps aura lieu ce matin même à 9 heure et l’inhumation interviendra à 14 heures dans son village natal de Zam.

Publié dans Burkina Faso

Commenter cet article