Financement de la campagne de Chirac par Gbagbo / Regards croisés après la sortie de Robert B : Lider et le Fpi s’affrontent

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

Miaka Ouretto, président par intérim du FPI.
Miaka Ouretto, président par intérim du FPI.

Publié le mardi 13 septembre 2011 | L'intelligent d'Abidjan - Depuis la sortie dimanche de l’avocat français Robert Bourgi, conseiller officieux de Sarkozy, la classe politique ivoirienne fait sa lecture des

déclarations du « monsieur Afrique » de Jacques Chirac. A Lider, si on estime que Koulibaly a dit sa part de vérité et rien de plus, au Fpi, on veut d’abord des éléments d’appréciation. Toutefois, le secrétaire général Laurent Akoun veut qu’on distingue la gestion de l’Etat de celle des partis politiques. Regards…

Koulibaly justifie sa sortie

Rebondissant sur la question, Mamadou Koulibaly, ex-numéro deux du régime de Laurent Gbagbo (cité dans l’affaire comme témoin) est revenu sur les motivations de ses déclarations. De source proche du président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), Mamadou Koulibaly s’est confié à l’AFP (Agence France Presse) et non à aucune autre presse. C’est après les révélations troublantes de Robert Bourgi au Journal Du Dimanche (JDD), que le Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne a été joint par les confrères de l’AFP le même soir, nous apprend notre source. Et de poursuivre : « le président Koulibaly s’était déjà prononcé sur cette affaire en 2002, mais il a été étouffé dans son action. Les journalistes de l’AFP qui se sont souvenus de cela, l’ont interrogé à cet effet. Le président n’a fait que rappeler les faits, sans donner dans la politique politicienne ». Mamadou Koulibaly qui ne souhaite épiloguer aucunement sur la question mais qui estime avoir dit la vérité, n’a plus décroché son téléphone devant les nombreuses sollicitations dont il était l’objet après son intervention à l’AFP.

Akoun relativise et interpelle le nouveau pouvoir

Le secrétaire général par intérim du Fpi que nous avons joint dit avoir appris l’information en même temps que la presse. C’est donc clair. Dans la maison bleue, il n’avait pas connaissance de ce dossier. Même le député à l’Assemblée nationale qu’il est, n’a pas eu vent de cette affaire au moment des faits. ‘’Je n’ai pas d’éléments d’appréciation. Mais comme Koulibaly était plus proche de la gestion des affaires de l’Etat il a dû faire ses déclarations en connaissance de cause. Toutefois, je dirais qu’il s’agit là d’une affaire qui concerne la gestion de l’Etat, et où le Président de la République a pu poser des actes en son temps. C’est différent de la gestion d’un parti’’, avance-t-il avant d’entrer dans des considérations d’ordre général. ‘’Mais connaissant le mode de fonctionnement de la Françafrique, on ne peut pas s’étonner de tels agissements. J’ai aussi appris les propos de l’avocat français que je connais bien mais cette affaire concerne le domaine public’’, fait observer M. Akoun. Commentant la sortie de Mamadou Koulibaly, Laurent Akoun se veut circonspect : ‘’en ce qui concerne Koulibaly qui était un des nôtres, j’ai pris l’habitude de ne pas répondre à ses déclarations par respect pour ce qu’il est. Au niveau du Fpi, j’attends pour voir. Mais sur les déclarations qui sont faites, on ne peut rien y changer. Dans tous les cas, c’est une question d’éthique qui doit interpeller ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui pour qu’ils comprennent la nécessité de travailler ensemble au lieu d’exclure d’autres’’.

Koua Justin a une autre idée de Koulibaly : ‘’C’est un comploteur’’

‘’Dans mes voyages récents en dehors du pays et en flirtant avec certains chefs d'Etat présentés par certains des nôtres en exil, j'ai compris tout le complot au cœur duquel se trouve Mamadou Koulibaly. Discréditer Gbagbo fait partie du jeu confié à Mamadou Koulibaly-Gbagbo ainsi discrédité dans l'opinion, son transfert à la CPI devient chose aisée et concevable sans difficulté par le peuple’’, a confié le nouveau leader de la jeunesse du Fpi.
ourgi Aymar D et S. Débailly

 

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article