Conférence de presse de l'Alliance pour la Réconciliation Nationale: l'opposition décide de se mettre sur ses gardes après cent jours d'observation

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

 

L'Alliance pour la Réconciliation Nationale, ARN, a organisé une conférence de presse, mercredi passé à la Maison des Jeunes Diado Sékou de Niamey, animée par le chef de file de l'opposition, M. Seyni Oumarou.


Celui-ci était entouré, à cette occasion, de l'ensemble des ténors de l'ARN dont son président, M. Mahamane Ousmane, en présence d'une foule de militants. La rencontre avec la presse nationale a été l'occasion pour l'ARN de donner un autre son de cloche sur les 100 jours du Président de la République à la tête de notre pays.

 

Dans sa note introductive, le président Seyni Oumarou a justifié le silence qu'il a observé au cours des cent jours de règne du Président de la République en soulignant qu'un leader politique ne doit pas trop parler au risque de dire des choses inexactes. "Si l'ARN et le chef de file de l'opposition se sont tus, c'est pour prouver à l'opinion qu'ils tiennent parole. Ils se sont tenus en retrait en donnant au régime la période de grâce à l'issue de laquelle ils ont espéré voir ses premières actions", a-t-il souligné.


Répondant à une question sur la motivation de sa conférence de presse, le président Seyni Oumarou a indiqué que la conférence de presse animée par le Chef de l'Etat aurait plus de sens si elle était faite par le chef du gouvernement, responsable de l'action gouvernementale, qui a présenté la DPG devant le parlement. Par ces mots, le chef de file de l'opposition remet en cause l'opportunité de la conférence de presse du Président de la République.


Donc, a-t-il dit, cette conférence de presse est une réplique du chef de file de l'opposition à celle donnée par le Président de la République. ‘'Si je parle aujourd'hui, c'est parce que le Président de la République a parlé. Le Président de la République, en tant que chef de la majorité, a parlé et moi en tant que chef de file de l'opposition, je suis obligé de parler''. M. Seyni Oumarou n'a pas caché sa déception: ‘'Ce que nous attendons de ce régime, c'est des actions, mais pour l'instant il n'y en a pas'', a-t-il déclaré.


Parlant de l'aspect économique du régime, le président Seyni Oumarou a dit que ‘'quand on est au pouvoir, on doit donner des chiffres et que l'erreur du Chef de l'Etat a été d'avoir énoncé çà et là des chiffres pendant qu'il n'était pas au pouvoir; or il se trouve aujourd'hui en difficulté pour concilier ce qu'il a dit pendant la campagne et la réalité du pouvoir''. Pour lui, ‘'100 jours au pouvoir n'est pas assez significatif dans la gestion d'un Etat et l'ARN n'a jamais demandé au régime de régler l'ensemble des problèmes du pays''.


Toutefois, a-t-il fait remarquer, les ‘'Nigériens attendent que quelque chose soit fait pour leur donner espoir et qu'ils sentent qu'il y a des jalons qui ont été posés. Nous avons souhaité et tous les Nigériens ont souhaité, qu'à travers la conférence de presse du Président de la République, on sente qu'il y a des jalons qui ont été plantés et c'est à travers ces jalons que les Nigériens pouvaient espérer''. Mais a-t-il dit et répété, ‘'il n'y a rien''.


‘'Tout ce que le Président est entrain de faire, il n'a fait que se référer essentiellement à ce qu'il a trouvé''. Pour M. Seyni Oumarou, quand on parle de la renaissance, de gouverner autrement, on doit se démarquer de ce qu'a fait le prédécesseur. ‘'Ce qui n'est pas le cas'', a expliqué le patron de l'opposition en s'appuyant sur ‘'certains chantiers actuels sur lesquels le Président Issoufou Mahamadou est revenu largement lors de la conférence de presse''.


‘'Le barrage de Kandadji, l'uranium, le pétrole sont des projets dont la paternité revient au Président Tandja Mamadou a dit M. Seyni Oumarou avant d'expliquer dans tous les détails les différentes étapes du processus liés à ces projets. Pour lui, l'opposition aurait voulu que ‘'le Président de la République reconnaisse tout simplement que des personnes ont travaillé, qu'elles ont bien travaillé et qu'il va s'appuyer sur ce travail pour continuer''.


Au plan social, l'opposition a souligné avec regret la flambée des prix des produits de première nécessité exacerbée par la double hausse du carburant. M. Seyni Oumarou a surtout fustigé ‘'la forme de ‘'corruption'' organisée avec le Ticket modérateur. Il s'agit d'une mesure inédite qui consiste à prendre de l'argent public pour donner à une catégorie de citoyens. Elle est inacceptable et discriminatoire en ce sens qu'elle consacre la rupture d'égalité des citoyens. La gouvernance politique du régime est émaillée de violation de la Constitution de la part des trois personnalités du pays''.


Selon son président, l'ARN a recensé une dizaine de cas de violation de la constitution en cent jours au point où ‘'elle s'est interrogée et même inquiétée sur ce qui va rester de notre Constitution d'ici la fin du mandat, à l'allure où vont les violations". Tout au long des échanges qu'il a eus avec la presse, le chef de file de l'opposition s'est montré particulièrement virulent et a indiqué qu'on va désormais les entendre plus souvent, car la période de grâce est terminée. L'opposition prendra sa robe d'opposant que lui a donnée le peuple pour veiller au bon déroulement du jeu démocratique tout en restant constructive.

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article