Commissariat de 9ème arrondissement de Marcory: Descente musclée des Forces spéciales; Plusieurs armes saisies; Des bureaux saccagés, des prisonniers évadés; Koumassi : les militaires français

Publié le par GUILLAUME DELLOH

Patrouille des FRCI à Abidjan.
Patrouille des FRCI à Abidjan.

Publié le vendredi 12 août 2011 | Soir Info - La nuit du mercredi 10 août 2011 a été particulièrement agitée dans la commune de Marcory. Précisément au commissariat du 9ème arrondissement. En

ces lieux, en effet, un impressionnant détachement de la nouvelle unité mise sur pied, à savoir, les Forces spéciales, y fait une descente musclée. Arrivées sur les lieux à 23h25mn, selon nos sources, les Forces spéciales ont intimé l'ordre aux éléments des Forces républicaines de Côte d'ivoire (Frci) qui s'y trouvent de manière « illégale de quitter immédiatement » afin que les fonctionnaires de Police occupent et travaillent convenablement. D'ailleurs, joignant l'acte à la parole, ces forces ont mis la main sur au moins cinq (5) kalachnikov appartenant aux Frci avant de mettre en garde contre toute action à même d'entraver le travail des policiers. Estimant donc avoir fait passer le message, ces éléments des Forces spéciales, à bord de plusieurs véhicules de type 4x4 quittent les lieux. Mais les minutes qui ont suivi, des hommes dont certains en armes et assimilés aux éléments des Frci vidés, débarquent. Ils saccagent plusieurs bureaux. Des policiers de permanence n'ont dû leur salut qu'en se mettant en lieu sûr. Plus grave, ces éléments surexcités défoncent la porte de la cellule de détention. Les prisonniers n'en demandent pas mieux pour se faire la balle. Au matin du jeudi 11 août, c'est un commissariat défiguré qu'il était donné de voir pour les premiers usagers qui s'y sont présentés pour bénéficier d'une quelconque prestation. Ces derniers ont d'ailleurs été refoulés par les policiers en civil, qui leur ont signifié que le service était momentanément interrompu. Mais là encore, des éléments des Frci en rogne étaient adossés aux véhicules en stationnement, quand certains de leurs collègues, munis d'armes de guerre, ont fait irruption dans ledit commissariat. A Koumassi, le commissariat du 6ème arrondissement a bénéficié, pour sa part, de l'appui des militaires français de Licorne qui y ont installé un dispositif léger. Ceci, pour empêcher tout retour d'éléments des Frci déjà chassés des lieux. Pour les autorités militaires, la foire semble terminée. Il faut désormais laisser les agents de l'ordre, les vrais, faire le boulot pour lequel ils sont formés.
M'BRA Konan

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article