Blé Goudé: "Je serai un opposant bien éduqué, qui propose, qui critique, qui ne prend pas les armes". « Les législatives ne peuvent pas avoir lieu dans les conditions actuelles »

Publié le par GUILLAUME DELLOH

Le dimanche 17 juillet 2011 par IVOIREBUSINESS PARIS – Le leader des jeunes patriotes Charles Blé Goudé, dans un enrégistrement vidéo daté

du 09 juillet et diffusé sur Africa24 vendredi et samedi lors d’un meeting de son organisation à Paris, a affirmé qu’il sera un opposant bien éduqué, qui propose, qui critique, et qui ne prend pas les armes.

Il a en outre appelé Alassane Ouattara à cesser de traquer les partisans du Président Laurent Gbagbo, dont il fut le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi jusqu’au kidnapping de ce dernier le 11 avril dernier par l’armée française Licorne.

Sous le coup d'un mandat d'arrêt international délivré par la justice ivoirienne il y a quelques semaines, Blé Goudé ne dit pas où il se trouve alors que la rumeur le situe au Ghana, au Benin, au Togo, en Angola ou en même Afrique du Sud .

Dans cette vidéo dans laquelle il n’est pas tendre avec l’homme fort de Côte d’Ivoire, il appelle Ouattara, dans son intérêt, à "permettre" à l'opposition d'exister.

"Je voudrais lancer cet appel au régime de M. Ouattara: quand on est à la tête d'un Etat, on enlève sa veste (...) de président de parti politique et on évite d'instrumentaliser la justice", dit-il, dénonçant la traque des partisans de Laurent Gbagbo, des meurtres et des détentions arbitraires.

"Tous les cadres qui ne sont pas originaires du Nord (région de M. Ouattara) ont été chassés", dénonce l'ancien leader estudiantin, qui craint l'installation d'une "administration tribale", la mise en place d'une justice des vainqueurs aux ordres d'Alassane Ouattara dans laquelle aucun de ses partisans n'est inquieté.

Dans leurs rapports, le CICR, Human rights watch et Amnesty international ont épinglé des com'zones des FRCI proches de Ouattara telsque Chérif Ousmane, Ousmane Coulibaly, comme étant directement impliqués dans les massacres de 1000 civils pro-Gbagbo à Duekoué, et de 149 de ses partisans à Yopougon, une commune d'Abidjan.

Charles Blé Goudé dans cette vidéo a réclamé la libération de Laurent Gbagbo et de ses proches, et affirmé que les poursuites judiciaires à son encontre ne sont qu'un "prétexte" pour bâillonner l'opposition.

"La place de l'opposition n'est pas en prison, elle est sur le terrain", a martelé Charles Blé Goudé.

Pour Charles Blé Goudé les élections législatives, dont la date n'a pas encore été fixée ne peuvent pas se tenir dans les conditions actuelles en Côte d'Ivoire, car le désarmement n’a pas encore eu lieu, l’insécurité est totale avec la circulation des armes de toutes sortes, l'absence de justice, de police et de gendarmerie.
"J'invite la communauté internationale à interpeller M. Ouattara pour que les conditions réelles d'élections équitables, justes et transparentes soient créées en Côte d'Ivoire avant que nous allions aux législatives" a-t-il dit à ce propos.

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article