BETA SIMON star reagge ivorien: “celui qui est censé être rasta ou qui fait du reggae sait que ce sont des organismes qui sont en réalité une tanière de dictocrates et d’oligarches.” (1/2)

Publié le par GUILLAUME DELLOH

Il a sorti cinq albums dont le dernier « Soupe de pierres » qui est un véritable hymne à l’encouragement de l’esprit d’initiative et d’entreprise personnel. Chacun des albums de Beta Simon lui ont absolument permis de s’afficher comme l’un des artistes reggae ivoiriens qui comptent.

Avec beaucoup d’aisance, cet homme tranquille a su teinter ses chansons soit de révolte, soit de sérénité, mais toujours avec un profond respect pour son public et surtout les fans du reggae, dans la tradition des grands rastas.

A la faveur de la sortie de « Soupe de pierres », son dernier album, infodabidjan a tendu son micro à l’artiste musicien ivoirien. Dans cette première partie de l’entretien qu’il a bien voulu nous accordé, Beta Simon nous situe, entre autre sujet, sur ses rapports avec son collègue Tiken Jah.

 

Info Abidjan: Beta Simon, notre site a tout récemment fait passer deux titres de votre nouvel album que les visiteurs ont véritablement aimé vu le nombre de visites enregistrées. Nos visiteurs voudraient toutefois en savoir un peu plus sur le personnage qui se cache derrière l’artiste. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? 

Beta Simon : Derrière le personnage artistique il y a monsieur tout le monde qui s’occupe de sa famille quand il faut, qui donne des coups de main à son voisin paysan lorsqu’il en a besoin, qui a la passion des plantes pour leurs vertus mais aussi de la revalorisation des langues pour les secrets qu’ils révèlent. C’est ce qui m’a poussé à inventer le baïssadé, langue dans laquelle je chante la plupart de mes chansons.

 

Infodabidjan: Le titre de votre nouvel album c’est « Soupe de pierres » ? Quel est le message essentiel que vous véhiculez avec cet album ? 

Beta Simon : Le message essentiel est qu’à partir de rien, on peut tout faire parce que le miracle est un souci ardent d’aider l’autre. « Soupe de pierres » fait référence au fameux conte montrant comment la débrouillardise, l’initiative et la coopération permettent de sortir de l’embarras. Il illustre le proverbe « Aide-toi et le ciel t’aidera ». Le ciel t’a déjà aidé, aide-toi. Tout ça pour dire qu’avec un peu de bonne volonté et peu de moyens, on arrive à faire de belles choses.

Infodabidjan: Il nous est revenu que votre premier album a été produit par Tiken Jah. Vous nous avez pourtant précisé au téléphone que ce nouvel album a été produit par vous-même. Est-ce à dire que Béta Simon est devenu un nom suffisamment grand afin de voler de ses propres ailes aujourd’hui ?

 

Beta Simon : J’ai sorti trois albums produits respectivement par Jim-ad, Goli Noël et Showbiz en Afrique avant d’en sortir un quatrième produit par Fakoly Production. Mon cinquième album est  une autoproduction, ce qui me permet de voir quelle est la souffrance et quel est le bonheur d’un producteur. Jusque-là, je ne fais que voir le bonheur. Ce n’est donc pas une question de grandeur ou de petitesse mais juste une question de temps. 

Infodabidjan: Quels sont vos rapports aujourd’hui avec Tiken Jah ?

Entre Tiken et moi il y a eu une très longue histoire. Notre carrière a commencé en Côte d’Ivoire à la même époque. Puis Tiken a eu l’opportunité de se faire connaître à travers le monde. Pendant ce temps, je faisais mon petit bonhomme de chemin. Puis il m’a fait la proposition d’une production sur laquelle nous avons chanté un titre qui s’intitule « Iyo » où chacun appelait le peuple à ne pas céder aux tentations de se faire la guerre malgré nos divergences d’opinions. Par contre, je ne peux pas comprendre qu’on puisse encore de nos jours accepter que le pays colonisateur allume le feu et l’attise, quela Francelance des bombes sur les ivoiriens. C’est être en contradiction avec ce que l’on chante. Celui qui est censé être rasta ou qui fait du reggae connaît la position de l’ONU ou de l’OTAN. Tout le monde sait que ce sont des organismes qui nous mettent de la poudre de la démocratie aux yeux et qui sont en réalité une tanière de dictocrates et d’oligarches. Concernant les relations entre moi et qui que ce soit, je n’ai rien contre personne. Je pardonne tout pour être bien avec moi-même. Chacun croit toujours avoir raison de son côté. C’est le point de vue que Dieu donne qui est la vérité.  

Infodabidjan: Un instant s’il vous plait. Vous nous dites que vous avez chanté ensemble “Iyo” où chacun appelait le peuple à ne pas céder aux tentations de se faire la guerre malgré nos divergences d’opinions. Mais Tiken Jah, lui a tout le temps soutenu ceux qui ont pris les armes pour attaquer la Côte d’Ivoire pendant dix ans. Et ces gens qu’il a soutenu ont tué et continuent de tuer des ivoiriens sur des bases purement tribalistes. Comment expliquez-vous cela ?

On dit : « Dieu voit la fourmi noire sur une pierre noire dans la nuit noire. » Tout ce qu’on fait en bien ou en mal nous revient. Je n’ai pas envie d’accuser qui que ce soit de crime pour ne pas m’inscrire en faux vis-à-vis de ma conscience.

Tiken et moi nous nous sommes approchés grâce à la musique. A travers la musique chacun a choisi sa direction. Aujourd’hui on parle de Tiken Jah Fakoly à travers le monde entier. Je suis très content pour sa réussite. J’ai entendu Tiken parler des occidentaux, de la françafrique, du monde qui a été partagé, de tous ces systèmes. Mais à travers ces critiques, je n’ai pas envie que cette personne ait un comportement contradictoire vis-à-vis de ce qu’il dit. Dans ces interviews, il a toujours l’habitude de dire que Laurent Gbagbo a été mal élu mais je lui pose la question de savoir si Alassane Ouattara a été bien élu, si Blaise Compaoré a été bien élu. Peut-être qu’il a soutenu la rébellion mais sous une autre forme que celle de prendre les armes. On peut aussi soutenir la rébellion dans la chanson. Je ne l’ai jamais entendu chanter non plus « les rebelles, continuez, ce que vous faites est bien. ».

Tant que je n’ai pas de preuves, je ne peux pas l’accuser de quoi que ce soit.

Si Tiken est vraiment décidé pour dénoncer les tares de la société, pour voir qui est bien élu ou mal élu, il devrait se rendre compte qu’Alassane Ouattara a été mal élu. Quand il dit que Gbagbo a manipulé la jeunesse, est-ce tous les intellectuels africains qui se sont fait manipulés aussi, est-ce aussi l’association Survie qui s’est fait manipulé ? Il faut accepter de voir les choses en face. Il est important d’avancer l’esprit de discernement. Ceux qui se sont fait reconnaitre comme les messagers du continent africain, comme les porte-paroles de l’Afrique, s’ils ne sont pas près de dire la vérité, ça ne va pas plaire à tout le monde. Je n’ai pas l’envie de contredire qui que ce soit car j’aurais d’abord voulu qu’on soit en harmonie.

Peut-être que mon degré de compréhension n’est pas arrivé loin mais je suis convaincu qu’Alassane Ouattara est plus collabo que Laurent Gbagbo. C’est grâce à Laurent Gbagbo qu’il y a eu le multipartisme, Laurent Gbagbo est resté dans l’opposition pendant 30 ans, dès qu’il est passé au pouvoir il y a eu la rébellion. Je me fiche que ce soit un bété ou un dioula au pouvoir pourvu qu’il soit soucieux du devenir de notre continent. Je soutiens Thomas Sankara alors qu’il n’est pas ivoirien.

Quand j’entends qu’il faut quela Côted’Ivoire redevienne comme avant, je me demande  ce qu’ils appellent comme avant. Je suis né en 1964. Analysons un peu le temps d’Houphouet Boigny.  La première personne qui a refusé l’unité africaine, c’est Houphouet. Les idées de Kwame Nkrumah ont été rejetées par Houphouet Boigny. Pendant la guerre du Biafra, on est passé par Houphouet Boigny pour tuer tous ces africains. Doncla Francea toujours collaboré avec des personnes qui répondent « oui amen » à leurs volontés. Pendant le règne de ce même Houphouet Boigny que certaines personnes considèrent comme le père de la nation, comme dieu, des Guébiés ont été tués. Mais on a toujours parlé d’Houphouet Boigny en bien parce qu’il était d’accord avecla France. Certainsafricains pensent que le paradigme de la civilisation occidentale est un exemple à suivre. Non ! Parce que même les occidentaux sont convaincus que leur vision capitaliste a déjà échoué. En tant qu’africain quelle est la vision que l’on doit proposer ? L’ONU, La communauté internationale, la banque mondiale, etc… ne sont pas des exemples à citer pour le devenir de la planète parce que le capitalisme, c’est prendre le sang de la terre. Mon inquiétude, c’est qu’Alassane Ouattara va décourager tous ses partisans lorsqu’ils vont le découvrir réellement. Mais je comprends leur problème. Ce n’est pas évident d’accepter que tu te couches pour qu’on t’égorge parce que tu as dit la vérité.

Infodabidjan: Mais vous, on ne vous a pas entendu dénoncer ni le virage tribaliste qu’a pris votre ami Tiken ni les crimes dont se rendent coupables ses poulains. Est-ce à dire que les rastas ne dénoncent que ce que les soi-disant colons ou Babylon font mais pas les crimes dont se font coupables leurs propres frères ?

Quel que soit la manière de t’exprimer pour avoir raison vis à vis de l’opinion internationale, quand tu as tort tu es la seule personne à le savoir. Ce n’est pas par des soupçons qu’il faut accuser qui que ce soit.

Ce ne sont pas nos accusations qui peuvent faire d’un homme un prisonnier de sa conscience. Je n’ai pas envie de dire que Tiken a soutenu la rébellion.

Notre collaboration avait un objectif : l’harmonie entre nos peuples. N’importe quel être parmi nous devrait être considéré comme une pierre précieuse et même s’il y avait une tâche, c’est la tâche  qu’il faut enlever et non la pierre qu’il faut jeter. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas envie de dénoncer le mauvais comportement de nos collègues artistes. S’il y a un corrompu, c’est qu’il y a des corrupteurs. La première chose est de dénoncer ces corrupteurs. 

Infodabidjan: Pensez-vous que Tiken Jah était sincère lorsqu’il s’offusquait publiquement de l’humiliation que le chef rebelle de Bouna,  Morou, a fait subir au Premier Ministre Affi N’guessan et à Michel Gbagbo ?

Pour savoir si quelqu’un est sincère, c’est à la personne concernée qu’il faut le demander.

Interview réalisée par Kadidiatou Koulibaly

Source: infodabidjan.net

Publié dans Europe

Commenter cet article