Affaire «Koné Katinan arrêté au Cameroun»: Le mensonge du siècle du régime, de la RTI1, de Fraternité matin, du Patriote, et du Nouveau Réveil

Publié le par GUILLAUME DELLOH

 

Koné Katinan Justin.
Koné Katinan Justin.

Le 18 juin 2012 par ivoireBusiness - Le pouvoir d’Alassane Ouattara est aujourd’hui pris en flagrant délit de mensonge par l’affaire de « l’arrestation de Koné Katinan au Cameroun ». Plusieurs analystes pointent

un mensonge du siècle ou un mensonge d’Etat par le régime d’Abidjan.

En effet, L’ex-ministre Justin Katinan Koné n’a jamais été arrêté au Cameroun vendredi dernier et ne sera donc pas extradé en Côte d’Ivoire, comme annoncé par le pouvoir ivoirien.
Aujourd’hui, le régime Ouattara par ses suppôts médiatiques que sont le Patriote et le Nouveau Réveil, pourtant pris la main dans le sac, ont encore remis une couche. Chose invraisemblable !
Tout a commencé vendredi dernier à 23h par la RTI1, la 1ere chaîne ivoirienne au service exclusif du pouvoir, qui a annoncé l’arrestation de l’ancien ministre du Budget du président Laurent Gbagbo, en exil depuis le 11 avril 2011. Information démentie aussitôt par Koné Katinan lui-même, car il est libre de ses mouvements, et par ses proches et amis.
Eric Lassale

VRAIE FAUSSE ARRESTATION DE KONE KATINAN: LA REACTION DES AUTORITES CAMEROUNAISES

Prétendue arrestation du ministre Koné Katinan – Les autorités camerounaises réagissent !
«L’arrestation au Cameroun et son extradition vers la Côte d’Ivoire du Ministre du Budget du gouvernement Aké N’gbo et actuel porte-parole du président Laurent Gbagbo» nous aura donc tenu en éveil pendant plus de 24 heures. Retour sur un canular. Une véritable intox. Vue de Yaoundé. Il est 23h15 mn heures de Yaoundé (22h15mn à Abidjan) lorsque nous sommes tirés de notre torpeur par un coup de fil de Théophile Kouamouo depuis Paris pour dit-il, «vérifier l’info sur l’arrestation au Cameroun et son extradition vers la Côte d’Ivoire du Ministre Koné Katinan». Nous tombons des nues et séance tenante balançons des SMS à quelques personnes et autorités pouvant nous donner de plus amples détails. Pendant ce temps notre téléphone portable n’arrête pas de sonner. De Paris, Londres, même Berlin et Atlanta mais surtout d’Abidjan et d’Accra ; les Ivoiriens veulent savoir. Nous ne sommes pas en mesure de les satisfaire tant la nuit est avancée. L’appel de Lucie Bourthoumieux, l’une des avocates de Laurent Gbagbo, proche de Koné Katinan, nous met sur la piste du vérité. Elle tente un duplex téléphonique avec le ministre mais le réseau ne le permet pas. Elle rappelle juste après pour démentir formellement l’info.
Mais nous ne nous arrêtons pas là. Dès les premières heures de la matinée du samedi 16 juin, nous nous mettons en branle. Premier contact, le Commissaire Mekoukou, numéro 2 de la DST Camerounaise. Il tombe des nues à l’annonce de la nouvelle et nous demande les références web des journaux Ivoiriens qui en font leurs unes. Nous les lui fournissons, tout en lui demandant s’il n’est pas en congé et que si pareille situation pouvait se produire sans que la DST ne soit informée. «Non et absolument impossible», nous répond-il sur les deux volets de notre question.
Un peu plus tard, nous avons la chance d’avoir au téléphone le Ministre Issa Tchiroma Bakary qui lui aussi semble n’avoir aucune information sur cette prétendue arrestation du porte-parole du président Gbagbo. «Je reviens de MEMVELE dans l’Arrondissement d’Ebolowa (Sud du Cameroun ndlr) où j’ai accompagné le Chef de l’Etat S.E.M Paul BIYA, poser la première pierre d’un barrage hydro-électrique. Je vais prendre attache avec le Ministre des Relations Extérieures pour en savoir plus, rappelez-moi dans une heure». Une heure après, nous rappelons le Ministre, il avoue son incapacité à nous donner des informations sur cette arrestation qui pour lui, «relève de la rumeur». Néanmoins il promet nous rappeler en cas d’information crédible et fiable. Assurément, cette prétendue arrestation du ministre Justin Koné Katinan démontre la fébrilité actuelle des nouveaux tenants du pouvoir en Côte d’Ivoire.

Mark Blanchard K. au Cameroun (NOUVEAU COURRIER)

« ARRESTATION DU PORTE-PAROLE DU PRESIDENT GBAGBO » :LE MONDE « VIRTUEL » SELON ADO !

Vendredi 15 juin, au cours du dernier journal télévisé de la RTI, la présentatrice a annoncé « l’arrestation au Cameroun et la prochaine extradition » du Porte-parole du président Laurent Gbagbo, créant l’émoi et la consternation chez les défenseurs de la Liberté et de la Démocratie, tant au pays qu’à l’étranger.
Cette « information » est FAUSSE ! Encore une fois le régime installé illégitimement par la force le 11 avril 2011 essaye, par tous les moyens, de détruire l’unité nationale par des basses manœuvres rappelant les méthodes les plus éculées des régimes totalitaires.
Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour ce Pouvoir aux abois :
-des « élections législatives » tronquées et truquées, au dire même des « alliés » PDCI, boycottées par plus de 85 % de la population,
-une insécurité grandissante, prenant désormais l’allure de scènes de guerre, comme récemment à l’Ouest, où les bandes armées à la solde du régime s’enfoncent dans une mortelle randonnée,
-une activité économique en panne (où sont les dizaines de milliards d’ « ADO Solutions » !)
-une situation sociale faisant sombrer, un peu plus chaque jour, la grande majorité de la population dans la précarité et le désespoir,
- le départ de Sarkozy en France et de Wade au Sénégal, « parrains » de ce régime, et l’arrivée de nouveaux dirigeants attachés à une appréciation saine de la réalité.
L’enlèvement extrajudiciaire, au Togo, d’un ancien ministre du premier Gouvernement de Laurent Gbagbo était, avant cette « annonce » d’arrestation, le plus récent signe de la dérive, sans doute irréversible, d’un Pouvoir qui ne maitrise plus le cours des choses et s’en remet aujourd’hui à sa faction la plus « jusqu’au-boutiste ».
L’Histoire est là pour prouver que c’est généralement l’ultime étape de la déliquescence d’un Pouvoir sans légitimité populaire. Aussi nous invitons chaque ivoirienne et chaque ivoirien à ne pas céder, ni aux menaces et intimidations, ni au découragement dans l’adversité. C’est à ce prix que les idées que le président Laurent Gbagbo défend depuis toujours triompheront bientôt pour une Côte d’Ivoire libre, démocratique et souveraine.

Bernard Houdin
Conseiller Spécial,
Représentant du Porte-parole Europe/Amérique

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article