AFFAIRE «GBAGBO RECLAME NADY BAMBA»: UN CASQUE BLEU DENONCE UNE MANIPULATION DU CAMP OUATTARA

Publié le par GUILLAUME DELLOH

samedi, 23 juillet 2011

 

LAURENT GBAGBO.jpg

In Le Nouveau Courrier N°272 du 20 Juillet 2011 par Gilles Naismon.


Les langues ont commencé à se délier pour prendre le contre-pied des allégations véhiculées sur le compte du président Laurent Gbagbo assigné à résidence surveillée au nord depuis plus de quatre mois. Et qui ont pour but de salir son image.

 

Ne dit-on pas, de façon triviale, que «qui veut tuer son chien l'accuse de rage ?» Les nouvelles autorités ivoiriennes veulent faire passer «leur» prisonnier politique, Laurent Gbagbo, pour un criminel, un époux irresponsable, un mauvais père... mais ils s'y prennent mal. Si bien que leur mensonge finit toujours par être rattrapé par la vérité. Que n'a-t-on pas entendu sur le traitement « princier » des Affi N'Guessan, Michel Gbagbo et autres véhiculés par Me Ahoussou Jeannot, ministre de la Justice ? Que n'a-t-on pas distillé dans les médias, à propos du « secours » apporté aux barons du Front populaire ivoirien (Fpi) mis en lieu sûr à l'hôtel Pergola pour leur propre sécurité ? Le temps a fini par révéler que ce n'était qu'une manipulation des nouvelles autorités pour se donner bonne conscience. Les organisations de défense des droits de l'Homme et des images parlantes qui font le tour de la planète... ont fini par révéler la face hideuse du camp Ouattara.

NADY BAMBA.jpg

Nadiana Bamba dite Nady Bamba

Dans la foulée, des propos selon lesquels «Gbagbo réclame Nady Bamba (du nom de sa compagne en secondes noces)» sont attribués à l'ex-chef de l'Etat capturé par les forces coalisées et déporté au nord.

Cette information publiée sur le site d'un confrère panafricain avait été relayée à profusion par des confrères sur la place.

Gbagbo, qui est difficile d'accès, a-t-il vraiment tenu ces propos ? Est-ce une manipulation des nouvelles autorités pour mettre en conflit Laurent Gbagbo, son épouse Simone et sa famille ?

GBAGBO, SIMONE ET NADY.jpg

Heureusement qu'un soldat de l'Onuci, qui a dit avoir ressenti de «l'admiration» pour Gbagbo durant quelques moments de sa garde à la résidence qui abrite le président déchu, nous permet d'en savoir davantage.

Selon cet élément des casques bleus de l'Onuci, qui a eu «le privilège d'échanger quelques mots avec le président Gbagbo», ces propos distillés dans la presse ne sont pas de lui.

«Lorsqu'il a une opportunité de se détendre, de marcher un peu, le président vient de temps en temps nous taquiner, nous raconter quelques blagues. C'est l'occasion pour nous aussi de tester son moral. C'est un homme moralement fort, lui-même nous demande quelquefois de ne pas nous inquiéter pour lui et dit que si un besoin se fait sentir à son niveau, il n'hésitera pas à nous le signifier», révèle le soldat de l'Onuci, qui a voulu garder l'anonymat à l'issue de ce rendez-vous. «Vu qu'il avait besoin de s'informer régulièrement sur l'actualité, sur ce que nous apprenons de lui, nous lui avons dit un jour que des journaux ont écrit qu'il regrettait l'absence sa seconde épouse à ses côtés, et que sa première épouse l'aurait induit en erreur», nous a rapporté ce soldat. Qui a déclaré ceci : «Il (Gbagbo) a marqué une surprise, la main droite sur la bouche, les yeux fixés au sol un instant avant de déclaré que c'est du n'importe quoi. Les gens racontent n'importe quoi pour me salir. Je n'ai jamais parlé de ma vie de couple à qui que ce soit. Laissez les dire ce qu'ils ont envie que les journaux écrivent».

Après cet échange, le casque bleu de l'Onuci a fini par se rendre compte que le camp Ouattara utilise l'arme de la manipulation pour discréditer le président Gbagbo et ses proches.


Source : LE NOUVEAU COURRIER

Publié dans Cote d'ivoire

Commenter cet article